Reflet +

Principal

L’été et les enfants ou le combat contre les écrans !

cyberdépendance
Julie Fortier

Julie Fortier

Responsable éditoriale pour Naître et grandir, Julie Fortier encadre l’équipe de rédaction dans la production de contenus sur les différentes plateformes : magazine, web, infolettre et réseaux sociaux. De par son travail, et en tant que mère de deux grands garçons, elle s’intéresse depuis plusieurs années aux enjeux liés à la parentalité et à la petite enfance.
Julie Fortier

Les derniers articles par Julie Fortier (tout voir)

Par Julie Fortier, responsable éditoriale, Naître et grandir


Quel bonheur pour les enfants d’être en vacances! Davantage de temps pour s’amuser, pour dessiner, pour lire, pour jouer dehors et pour… les écrans! Voilà d’ailleurs un combat redouté par bien des parents l’été.

Petit test révélateur que vous pouvez faire autour de vous : demander quel est le temps maximum que devrait passer par jour un enfant devant les écrans. Réponse (selon les recommandations canadiennes) : 1 h pour les 2 à 5 ans et 2 h pour les 5 à 17 ans (oui, oui, 2h à 17 ans!). Et il est recommandé de ne pas exposer les bébés aux écrans jusqu’à 2 ans.

Et que comprend le mot « écrans »? Cela inclut tous les types, les vieux comme les plus récents : ordinateur, télévision, tablette, téléphone intelligent, console de jeux vidéo etc.

Que ce soit pour jouer à un jeu éducatif ou à jeu vidéo pas éducatif du tout, regarder YouTube, aller sur Facebook, Snapchat, Instagram, Pinterest ou Musical.ly, écouter un dessin animé ou un film à la télé, regarder quelqu’un jouer à un jeu vidéo : peu importe, c’est du temps d’écran.

Ça monte donc vite… Déjà à 3-4 ans, seulement 22 % des tout-petits canadiens passent moins d’une heure par jour devant les écrans, selon Statistique Canada. Comme les chiffres le démontrent aussi, le nombre d’heures augmente avec l’âge et peut parfois équivaloir pour un ado à une semaine de travail à temps plein.

Petit problème peut devenir grand

La gestion des écrans devient d’ailleurs plus complexe à mesure que les enfants grandissent. Pour cette raison, les experts s’entendent pour dire que les bonnes habitudes en lien avec les écrans doivent commencer tôt.

Bien qu’il soit important d’encadrer le temps que passent les enfants sur les appareils électroniques, ce n’est toutefois pas suffisant (même si c’est déjà épuisant!). Il est tout aussi important de se soucier de leurs comportements liés au jeu vidéo ou à l’usage de la tablette par exemple. Des chercheurs américains ont d’ailleurs établi une série de comportements à surveiller chez les enfants de 4 à 11 ans. En voici quelques-uns :

  • Mon enfant a du mal à cesser d’utiliser les appareils électroniques.
  • Mon enfant ne semble penser qu’aux activités associées aux écrans.
  • Mon enfant passe beaucoup de temps sur les écrans et cela nuit aux activités familiales.
  • Mon enfant devient frustré lorsqu’il ne peut plus utiliser les appareils électroniques.
  • Mon enfant utilise les appareils électroniques en cachette.
  • Passer du temps devant l’écran semble la seule chose qui aide mon enfant à se sentir mieux.

Pas cyberdépendant pour autant

Vous avez sans doute déjà observé certains de ces comportements chez vos enfants. Soyez rassuré, cela ne veut pas dire qu’ils sont cyberdépendants . Selon une étude menée par la psychologue et chercheuse Magali Dufour, 1,3 % des adolescents québécois pourraient souffrir de cyberdépendance. Ces derniers passent de 40 à 60 heures en ligne. Les filles et les garçons sont autant à risque de devenir cyberdépendants, mais les jeunes qui sont plus vulnérables émotivement (impulsivité, humeur dépressive, anxiété, TDA/H) le sont davantage.

La cyberdépendance est donc un problème complexe pouvant seulement être diagnostiqué par un professionnel de la santé, a rappelé récemment Cathy Tétreault, intervenante en dépendance et fondatrice du Centre Cyber-aide, lors d’une conférence donnée en ligne.

Elle ne croit pas que ce soit le fléau qu’on s’imagine et elle préfère parler d’utilisation abusive des nouvelles technologies ou de personnes à risque. Elle se dit davantage inquiète pour la sécurité des enfants sur Internet ainsi que des effets néfastes des écrans sur leur santé et leur développement.

S’y intéresser et donner l’exemple

Cathy Tétreault n’encourage pas seulement les parents à gérer le temps d’écran, mais aussi à « suivre la vague et à s’ajuster ». Il sera alors plus facile de faire de la gestion d’écrans s’il n’y a pas de conflits. Elle les invite aussi à s’intéresser aux applications que leur enfant télécharge, aux jeux vidéo qu’ils aiment ou aux vidéos qu’ils regardent en ligne.

Il est important aussi d’aider les enfants ou les ados à trouver un équilibre dans leur utilisation de la technologie en établissant des priorités : bien manger et dormir, faire ses devoirs, passer du temps avec les amis et la famille, faire de l’activité physique, etc. Quand tout cela est accompli, ils peuvent utiliser les écrans. Bien sûr, c’est plus facile à écrire qu’à faire et il y aura inévitablement des ajustements.

Comme elle le dit, nous n’avons pas eu de mode d’emploi pour faire face à la gestion de ces technologies et nous procédons souvent par essais-erreurs. Nos enfants seront probablement mieux outillés que nous quand ils deviendront un jour parents, croit-elle.

Mais en attendant, nous pouvons aussi nous interroger sur notre propre utilisation des écrans et l’exemple que nous donnons. Regarder la télé en regardant son téléphone, répondre à un texto durant le souper, passer beaucoup de temps sur Facebook, Instagram ou sur Netflix, consulter son cellulaire lors d’une sortie avec son enfant, etc. Et ne pas être capable de se détacher de nos écrans même durant les vacances… Ce que l’on demande à nos enfants n’est pas toujours cohérent avec nos propres comportements !

Références

Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes

Trop de temps devant les écrans pour les jeunes enfants, Le Devoir

Accro aux écrans? Des signes à surveiller chez les enfants, Naître et grandir

La cyberdépendance : une dépendance encore méconnue, Agence Science-Presse

Tétreault, Cathy, Jeunes connectés, parents informés, Midi trente éditions, 2018

Ressources

Habilo médias : habilomedias.ca/pour-parents

Wixxmag : wixxmag.ca/articles/dossier/temps-ecran

Soins de nos enfants : soinsdenosenfants.cps.ca/handouts/screen-time-and-young-children

Cyberdépendance : centrecyber-aide.com ou cyberdependance.ca

Services de garde : qualitepetiteenfance.uqam.ca.pdf

Écoles primaires : ecranferme.soisfute.ca

En complément à Reflet de Société +

Même l’été, les journées de pluie sont inévitables. Les expériences ludiques des Débrouillards deviennent alors une activité intéressante pour occuper les enfants et passer du temps en famille. Retrouver toutes leurs vidéos sur dans leur section Expériences.

La revue Naître et Grandir dispose aussi d’une sélection d’activités (autant à l’extérieur qu’à l’intérieur) organisées par tranches d’âge. De quoi s’inspirer pour diversifier les journées.

Orgasme féminin : histoire du clitoris

Un texte de Mélina Soucy -

Le court documentaire animé réalisé par la Québécoise Lori...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

J'accepte Je refuse Centre de confidentialité Paramètres de Confidentialité En savoir plus sur la politique