Reflet +

Principal

Quadragénaire, rappeur et révolté

Équipe Reflet de Société Plus

Fondé en 1992, Reflet de Société est un magazine d’information et de sensibilisation publié tous les deux mois. Le magazine aborde des phénomènes sociaux tels les gangs de rue, le décrochage, la dépendance à la drogue, à l’alcool et au jeu et nombre d’autres. Reflet de Société se veut sensible aux réalités de chacun. L’objectif est d’apprendre à mieux vivre ensemble en démystifiant les préjugés.
Équipe Reflet de Société Plus

Comme le disaient nos ancêtres, tempus fugit, le temps fuit!

25 ans de couverture sociale et culturelle tome II a voulu mesurer le chemin parcouru collectivement en plaçant côte à côte un article paru dans Reflet de Société et un nouveau texte traitant du même thème sous un angle actualisé.

C’est ainsi qu’en 2005, Reflet de Société publiait un article intitulé Rap et spiritualité : rencontre avec Madhi, Khyro et Monk.E :

« Pour trois jeunes rappeurs en quête d’originalité, la spiritualité va de pair avec l’expression de leur art. Sans être enflammés par une quelconque ferveur religieuse, ils fuient les carcans du hip-hop commercial. »

Que sont-ils devenus?


Extrait de 25 ans de couverture sociale et culturelle tome II :

Quadragénaire, rappeur et révolté

Par Jean-Marc Beausoleil

Considéré comme une des figures emblématiques de la culture hiphop au Québec, jouissant d’une notoriété internationale, Monk.E était de passage à Montréal, entre un contrat en Ouganda et un autre au Cambodge.

Lorsque nous l’avons rencontré dans son appartement, il était plus dynamique que jamais : «Tout ce que je crée, mon mouvement, c’est l’alchimiographie et l’alchimiophonie.  L’idée, c’est pas juste de faire du graphique et de juste faire de la peinture, c’est de changer le plomb en or par le son, c’est de changer le plomb en or par le visuel. Changer le plomb en or, c’est ressusciter quelque chose, c’est redonner la vie à quelque chose qui est mort.

«Sans qu’on tombe trop dans le mystique, le hip-hop, c’est de l’alchimie complète. Tu prends la casquette de ton père qui n’est pas à la mode du tout, tu la mets sur le côté au lieu de la mettre droite et tu es à la mode. Tu prends un dessous de pont qui est pas cool du tout, où les gens ont peur d’aller et tu le repeins au complet et maintenant tu as les photographes qui vont là pour prendre des photos. Ça devient viral sur instagram.  Ça, c’est de l’alchimie.»

Nous avons tout de même réussi à retrouver un des trois mousquetaires interviewés par Murielle Chatelier en 2005.

 Cultiver son jardin

«Je continue à faire de la musique, à enregistrer des disques.  J’avais un projet qui s’appelle Héliodrome.  Nous avons sorti un album en 2017 intitulé Le jardin des espèces», confie Frédéréick Galbrun, aussi connu sous le nom de Khyro, artiste que le journal Voir a qualifié de rappeur vétéran et de poète tourmenté.

Quatorze ans après sa première entrevue avec Reflet de société, Khyro poursuit sa démarche : «Il y a encore un élément de spiritualité dans ma réflexion.  La psychanalyse, elle aussi, reste.  Le jardin des espèces est d’ailleurs un album fortement marqué par la psychanalyse. »

«Pour moi, une analyse qui est réussie, c’est une analyse qui permet au sujet de créer autre chose», explique Galbrun.  Ainsi, il peut explorer des thèmes qui partent du particulier pour tendre vers l’universel, comme la relation à la mère, au père, les peurs d’enfant…

En plus de peaufiner son analyse personnelle, Galbrun s’est beaucoup intéressé au bouddhisme, au soufisme et à la spiritualité orientale.  Bref, s’il a évolué, l’homme n’a pas fondamentalement changé depuis 2005.

«Oui, je vais faire de la musique toute ma vie, tant que je peux.  Je crois que ça reste pertinent.  Faire du rap à 40 ans, c’est particulier», reconnaît-il.

Travailleur social dans la vie de tous les jours, il insiste en riant : «Je suis plus révolté à 40 ans que je l’étais à 16 ans!»

L’intensité

Pour lui, la musique est une nécessité : «Il doit y avoir création pour qu’une intensité latente ou cachée puisse sortir.»  L’importance de son implication lui confère, quatorze ans plus tard, une autorité morale indéniable : «Même si je ne fais pas d’argent avec ça, même si je ne deviendrai jamais connu, c’est une démarche que je poursuis depuis au moins 1995.»

Pour Khyro, en plus de la musique, il y a l’importance du spectacle, de la mise en scène et du voyage qui accompagnent la réception d’un album : «J’ai eu la chance d’aller en Europe avec ce groupe, plusieurs fois en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse.  Nous nous sommes fait des amis.»

Il conclut : «La musique est une façon d’aller vers l’autre.»

 

 

 

La cuisine familiale 

Par Raymond Viger

Pour économiser de l’argent, bénéficier de conseils pour une alimentation équilibrée...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

J'accepte Je refuse Centre de confidentialité Paramètres de Confidentialité En savoir plus sur la politique